English site | Recherche | Contact


Un journal de la place a annoncé dans sa parution du lundi 3 mars 2014 que le Dr Madou Diallo, président du Mouvement des jeunes de l’URD, secrétaire général de l’Assemblée nationale a quitté l’URD pour le RPM. Approché par nos soins, l’intéressé dément cette information qui relève du cauchemar, selon lui.Pour créer la diversion au sein de la famille de l’Union pour la République et la démocratie (URD), certains journaux de la place sont mis à contribution. Ils sont allés jusqu’à raconter que le président du Mouvement des jeunes de l’URD, secrétaire général de l’Assemblée nationale, Dr Madou Diallo a abandonné ses camarades de ..Lire la suite

 

Le Mouvement populaire du 22 mars (MP22), un regroupement né au lendemain du coup d’Etat militaire du 22 mars 2012, a exprimé sa déception face à la gestion du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK. Mohamed Tabouré, secrétaire à la communication du MP22, a indiqué samedi lors d’une conférence de presse que le nouveau pouvoir n’a pas pris la direction du changement souhaité.Le MP22 a tenu cette rencontre avec la presse pour faire le point des derniers événements qu’a connus le Mali depuis l’ élection présidentielle tenue il y a plus de deux mois, a affirmé M. Tabouré.Il a déclaré que l’écrasante victoire du président IBK  » couronne la lutte de toutes celles et tous ceux qui se sont insurgés dès le 22 mars 2012 pour tenter le sursaut salutaire que le MP22 a appelé de ses voeux et de son nom »...Lire la suite

Ainsi, ils estiment qu’il y a eu une ségrégation depuis la promotion du capitaine Sanogo. A cela s’ajoutent les promotions accordées à certains militaires à la veille du 22 septembre dernier par le président élu. Et pourtant, à l’époque, des citoyens avaient manifesté leur mécontentement par rapport à la promotion du capitaine Sanogo au grade de Général. Certains avaient même demandé l’annulation de ce grade de Général.A cet effet, le président de la République par intérim, le Pr Dioncounda Traoré, qui avait fait cette promotion à titre exceptionnel du capitaine Sanogo, s’est expliqué dans un journal de la place. Avant de souligner qu’il a rendu la tâche facile au président élu...Lire la suite

Le centre Al Muntada Alfarouk a abrité, le 21 septembre 2013, une journée de réflexion sur les élections législatives prévues le 24 novembre 2013 (1er tour) et le 15 décembre 2013 (2ème tour). Organisée par le Mouvement SABATI-2012, la journée avait pour principal thème : « élection législative, quel député pour un Mali nouveau ».Les objectifs de cette journée de réflexion étaient de : former les responsables du Mouvement SABATI-2012 sur les enjeux des élections législatives prochaines ; les outiller sur les dispositions de la loi électorale relatives aux élections législatives ; informer les responsables sur le rôle et les fonctions d’un député et enfin partager le document du Bureau National relatif à la participation aux élections législatives 2013...lire la suite

En nommant, à titre exceptionnel, au grade de général le capitaine Sanogo et d’autres, Koulouba ouvre une loi des séries qui l’oblige à promouvoir une multitude d’autres officiers. Avec, à la clé, le risque de vider la marmite nationale. L’armée malienne bat tous les records mondiaux de généraux au regard de ses ses maigres effectifs et des tout aussi maigres ressources de l’Etat. De Modibo Kéita, père de l’indépendance, au « Vieux Commando », en passant par Balla, l’homme aux boubous brodés, la liste des généraux n’a cessé de s’allonger comme la route Bamako-Ségou. Au 22 mars 2012, date de la fuite nocturne du« Vieux Commando », on comptait 63 généraux et assimilés dans l’armée (rien de moins !) et dans la police (on les appelle ici inspecteurs généraux)..Lire la suite

 

IBK a donc chassé les journalistes de la salle comme des malpropres. On comprend qu’avec le huis clos les journalistes ne soient pas  admis à écouter toutes les vérités, mais de là à les chasser sans diplomatie !Cela fait la troisième fois depuis sa prise de fonction que l’homme fort du pays chasse ainsi la presse dans l’exercice de ses fonctions. La première fois c’était lors de son premier conseil de ministres au lendemain de la formation de son gouvernement. Ce jour-là IBK a autoritairement renvoyé les hommes de médias de la salle à Koulouba. Des hommes de médias qui étaient préoccupés par les prises de photos. IBK avait même lancé un message fort à son protocole en lui signifiant que ça soit la dernière fois qu’il fasse ce genre de travail à sa place...Lire la suite